Le Retour

Parti le 24 octobre, le cargo est arrivé à Anvers le 7 novembre. 2 jours pour décharger les containers. Ensuite c’est le long week-end du 11 novembre et l’incertitude complète de la date à laquelle nous pourrons récupérer la deuche. L’agent en charge du shipping est plutôt avare de renseignements, ce qui ajoute au stress.

Le 13 novembre, le container est amené par camion dans un entrepôt en-dehors du port. C’est au tour des douanes d’opérer. Tous les véhicules en provenance d’Amérique du Sud sont systématiquement contrôlés. Heureusement nous venons du Canada et les formalités se font très rapidement. En fin de journée du 14, nous avons le feu vert et le 15 JM nous emmène à la première heure à Anvers. On retrouve Pti-Ket, hors de son container, bien rangé dans un entrepôt plein de classic cars rutilantes. Un tour de clé et ça démarre. 

La descente sur Lyon se fera en une étape de 11h. L’essence ici ne nécessite plus d’octane booster et Pti-ket pète le feu.

Après un week-end en famille, nous parcourons les derniers 200 km jusqu’à la maison.

Voilà, c’est fini. Maintenant il va falloir trier les 19.000 photos, contrôler la mécanique de A à Z et  affiner le prochain projet …

A bientôt, Hasta Luego, See you soon !

Au col de l’Escrinet – 787m –

Bilan mécanique

Le délai pour récupérer Pti-Ket s’annonce plus long que prévu, Anvers c’est pas le Panama …

Quentin a donc planché sur le bilan mécanique et technique de Pti-Ket.

80.000km, c’est un peu d’entretien:

  • 20 vidanges moteur, les 5 premières avec de l’huile Black-gold Carat, ensuite avec ce qui se rapprochait le plus possible des prescriptions Citroën càd de la multigrade 15/50, additionnée de Marly SX
  • 20 filtres à huile,
  • 20 joints de bouchon,
  • 10 nettoyages du filtre à air K&N,
  • 4 vidanges de boîte de vitesse, les 2 premières avec de l’huile Marly GLS, ensuite de la GL5, additionnée de Marly GX
  • 8 joints de bouchon,
  • 20 pneus, 
  • 12 Maxxis AP-2 en 135/80/15, 16000 km
  • 6 Champiro en 135/70/15,  12000 km
  • 2 MCC en 135/80/15, 3800 km
  • 3 crevaisons
  • 6 chambres à air (les pneus stockés sur le toit et enrobés de film étirable s’étaient trop déformés pour pouvoir être montés en tubeless avec une simple pompe à pied)
  • 4 amortisseurs Monroe à gaz remplacés après 8000km par des Burton à huile 👍.
  • 1 soufflet de cardan côté boîte (le seul en caoutchouc)  remplacé par un soufflet en néoprène,
  • 1 jeu de plaquettes de freins.
  • 2 pompes à essence mécaniques.
  • 3 pompes à essence électriques.
  • 1 crépine de réservoir,
  • 4 filtres à essence disposables,
  • 1 câble de bougie.
  • 2 ampoules led H4
  • 2 ampoules led 5 watts BA 21
  • 4 ampoules led 5/21 watts BA21
  • 6 ampoules led 3 watts BA9
  • 1 moteur d’essuie glace,
  • 2 jeux de balais d’essuie-glace
  • 1 démarreur,
  • 1 régulateur électronique.
  • 1 contacteur de feux stop 
  • 1 pare-brise impacté à deux endroits
  • 1 culasse, un tube de tige de culbuteur ayant subi un choc n’a pas apprécié que j’essaie de le redresser.
  • 1 barillet de serrure porte avant droite,
  • 1 carburateur chinois remplacé par un Solex re-conditionné et expédié en Fedex par Burton
  • 1 butée d’amortisseur arrière arrachée par une pierre sur la Dempster Highway
  • 1 système de fixation extérieur de fenêtre

Ces pièces étaient neuves au départ, je n’avais simplement pas choisi le bon fournisseur.

On trouve tout pour les 2cv de la plus petite rondelle au châssis, moteur ou caisse complète, malheureusement, trop souvent il s’agit de pièces pour véhicules roulant peu, bien loin de l’esprit d’origine et du cahier des charges de Pierre Boulanger.

Bilan rapide

On a un peu de temps d’attente à l’aéroport, alors j’en profite pour faire un rapide bilan

Depuis le départ de la maison, le 25 mai 2018,…

Nous avons vécu 511 jours merveilleux 

Parcouru 80.094km

Fait 18.976 photos (que les miennes)

Pti-Ket est monté sur le Chimborazo en Equateur jusqu’à 4.853m

Nous l’avons grimpé à pied jusqu’à 5.100m

Quant au point le plus bas, c’était à Salton Sea en Californie, à -67m

A suivre, un bilan technique et mécanique…

Halifax

Dernière étape de ce fabuleux voyage. Dernier petit plaisir, la visite de la ville d’Halifax, du front de mer à la citadelle où on aura droit au coup de canon de midi et à la relève de la garde.

En 1917, un cargo français chargé de munitions entre en collision avec un navire de secours belge dans le port. L’explosion qui s’ensuivit est considérée comme la plus forte explosion d’origine humaine jamais produite avant les bombardements d’Hiroshima Elle fit 2000 morts et des milliers de blessés. Des quartiers entiers de la ville furent littéralement rasés.

Bon, il faut bien penser au retour et un grand nettoyage de Pti-ket s’impose.

Mercredi nous passons chez le transporteur pour nous faire confirmer que notre dossier est en ordre. A notre grande surprise, ils nous disent attendre le container. Il devrait être là vendredi mais si il arrive trop tard, ce sera remis à lundi… En attendant, c’est préparation des bagages que nous emmenons en avion et rangement de l’intérieur de Pti-ket. Un grosse tempête s’abat sur la ville, donc pas de regrets de devoir rester dans la chambre d’hôtel. Par contre, chaque jour qui passe, nous voyons les prix des billets d’avion augmenter mais étant donné la situation nous ne pouvons pas les acheter pour l’instant. Vendredi matin, nous sommes à 9h chez le transporteur. A cause de la tempête d’hier, le container n’est pas arrivé… revenez à 13h. Quoi faire d’ici là? Un magasin Ikea (!) se profile au loin, direction la cafétéria pour y passer la matinée à surfer avec un café et un gros morceau de gâteau au chocolat. La tension ne retombe pas. La méditation n’aide pas non plus …

A 13h, on s’inquiétait pour rien (!), le container est là et Quentin aide le gars à sangler la deuche pour qu’elle soit confortable.

Ca y est, on se détend. Ah non, il faut encore les billets d’avion ! En cherchant bien on trouve des vols low costs à bon prix. Nous sommes maintenant à l’aéroport. L’avion décolle ce soir et demain nous arrivons en Belgique où nous allons attendre patiemment et fébrilement le cargo.

Nouvelle Ecosse

Nouvelle Ecosse, New Scotland ou Nova Scotia comme sur les plaques d’immatriculation. C’est l’Ecosse et tout ce qui va avec, côtes sauvages battues par le vent et les pluies, whisky, bonne bière, musique celtique, les Mc Leod, Fitzpatrick, et autres Mc Donnell. 

Mais les Acadiens sont aussi très présents sur tout le territoire maritime. Installés depuis 1604, ils vivent tantôt sous le contrôle français, tantôt sous celui des britanniques. En 1755, refusant de prêter allégeance à la couronne britannique ils sont déportés dans d’autres colonies américaines ou même renvoyés en Europe.  Certains se sont retrouvés en Louisiane où on les appelait, par déformation, « cajuns ». Les conflits terminés, ils sont revenus mais pour constater que leurs terres et maisons étaient occupées par des colons anglais. Aujourd’hui, leurs descendants affichent fièrement leurs origines françaises par le drapeau bleu/blanc/ rouge décoré d’une étoile jaune représentant Marie, Stella Maris. 

Il ne nous reste que 3 jours mais on ne va pas se laisser abattre. Direction l’île de Cape Breton et le Cabot trail qui en fait quasiment le tour, en passant par le Parc-des-Hautes-Terres-du-Cap-Breton ou Cape Breton Highlands National Park. 

A Chéticamp, on trouve une cantine qui propose un excellent fish & chips et de la musique live, genre blue grass et country.

Le 14 octobre 2019, nous faisons un tout dernier bivouac au bord du Canso Canal. Etrange de se dire que c’est la dernière fois que l’on dort dans notre boite à sardines, en tout cas sur ce continent.

Pour rejoindre Halifax, nous prenons la petite route qui suit toutes les circonvolutions de la côte déchiquetée de l’est de la Nouvelle Ecosse. 

La plage de Lawrencetown

Gaspésie

Nous avons eu du soleil pendant les 4 jours sur cette péninsule qui fait encore partie du Québec. On a donc pris notre temps pour bien apprécier ce moment parfait.

La route longe la mer ou grimpe à des belvédères. Nous avons quitté le fleuve, nous sommes dans le Golfe du Saint Laurent.

C’est une succession d’églises

De vieux phares

et toujours ces couleurs d’automne

Froid 🥶

On quitte doucement la partie francophone du Canada, en passant par le Nouveau Brunswick, seule Province du Canada officiellement bilingue. 

Charlevoix

Après Québec, nous longeons la côte ouest du St Laurent, nous sommes dans le Charlevoix. Le mauvais temps nous poursuit et les photos ne rendent pas la beauté de cette région.

La route est très montagneuse et même si l’altitude n’est que de quelques centaines de mètres, Ptiket doit négocier des côtes sacrément raides.

Baie St Paul

La Malbaie

On hésite à savoir quel traversier nous allons prendre pour passer sur la côte Est. On va jeter un oeil aux horaires de St Siméon et on découvre que Jacacha est déjà dans la file d’attente. La petite famille que nous avions brièvement vue à Rio Dulce, Guatemala et ensuite à Gooseneck en Utah s’apprête à traverser et donc nous faire faisons de même après avoir échangé sur nos différentes aventures autour d’un café. Le monde est petit ?! Parions que nous les reverrons à Halifax car leur camping-car est programmé sur le même cargo que celui de Ptiket !

Coucher de soleil sur le St Laurent

De l’autre côté du fleuve, il fait nuit et nous trouvons à tâtons un endroit pour dormir vers Cacouna. Au petit matin, nous découvrons que nous sommes dans une réserve ornithologique et le froid commence à piquer …

@@@@@

J’ai pu publier cet article parce que nous nous sommes arrêtés dans un routier au Nouveau Brunswick, à quelques km de la Nouvelle Ecosse, dernière province de notre voyage. Outre un bon wifi, nous avons pu prendre une douche chaude. Nous serons à Halifax le 15 octobre prochain et on veut profiter au maximum des derniers jours même si on sait qu’on ne pourra pas faire tout ce qu’on voulait. Ceci et quelques tracas administratifs à régler tout en avançant fait que je manque de temps pour tenir le blog à jour. En plus on a encore perdu une heure en passant au Nouveau Brunswick… patience, donc….

Québec

La capitale de la province a plus de 400 ans. Lors de son 2ème voyage vers le nouveau monde, Jacques Cartier y a établi un poste avancé mais c’est Samuel Champlain qui a fondé la ville en 1608 en l’appelant « Kebec » qui signifie en algonquin « le fleuve devient plus étroit ici ».

Le vieux Québec est cerné de murailles et surmonté d’une citadelle. Malgré la pluie, les petites ruelles nous rappellent bien des petits villages français.

Tranches de vie québécoises

Ptiket a besoin de nouveaux pneus arrières et d’une vidange. Nous trouvons son bonheur au garage Fitzback à Sainte Hyacinthe. André restaure des 2cv, mais pas que ….

André et Patricia nous proposent de rester chez eux cette nuit et vu le thermomètre on ne résiste pas trop. Ils nous préparent un « pâté chinois », plat typique québécois, sorte de sous-marin avec du maïs – délicieux.
Le soir André nous emmène à l’aréna de St Basile où il dispute un match de hockey sur glace. Il nous a bien expliqué les règles de base, ce qui nous permet de suivre le match qui se termine sur une victoire de « notre » équipe. Les équipes amateurs se partagent les temps de glace et ce soir le match commençait à 23h30. Ce n’est qu’à 2h du matin que nous regagnons un lit bien chaud dans leur jolie maison.

Les invitations/retrouvailles continuent … nous partons chez Nathalie et Rejean dans leur chalet au bord du Lac Rose en Lanaudière. Nous avions passé un bon moment avec eux en Martinique lors de notre tour de l’Atlantique et les avions revus en Ardèche chez René et Nicole.

Nous devons traverser le fleuve St Laurent mais ici plus de pont, il faut prendre un traversier.

La route qui mène au lac finit en piste et le soleil fait éclater les couleurs, enfin !

L’hiver n’est plus très loin et il faut sortir les quais de l’eau.

Le soir, nous sommes conviés à une fête d’anniversaire chez leurs amis de l’autre côté du lac et l’ambiance n’était pas triste ! Mon glossaire commence à bien s’étoffer … tabernouche !

Mont Tremblant

Les retrouvailles continuent avec Alex et Camille que nous avions croisés au bord d’un lac sur la Cassiar Highway. Ils ont posé leur camping-car et leurs valises au Mont Tremblant, dans les Laurentides et nous ont offert leur chambre d’amis.

Juste à côté de la ville, le parc du même nom, le plus vieux et le plus grand de la province de Québec. Nous partons y faire une randonnée, dans le secteur de la Diable. Le ciel est bas mais les arbres sont magnifiques. Les érables colorent tout le pourtour du lac Monroe.