Puerto Madryn

Quelques jours à Puerto Madryn, le temps de 

  • changer les roulements de l’autre roue de la remorque
  • se régaler d’un bon steack au restaurant Malon
  • faire un aller/retour à Punta Loma pour voir une colonie de lions de mer où les jeunes otaries crient comme des chèvres sous le regard indifférent des cormorans de Magellan accrochés à leur falaise.
  • visiter le joli petit musée Ecocentro dans l’ancien phare, tout concernant les baleines et autres animaux marins. Tout en haut du phare a été aménagé un salon avec de grandes baies vitrées et de confortables canapés qui font face à la mer pour admirer les baleines
  • flâner dans les rues et sur la costanera
  • Laverie, recharge de gaz, douches

L’endroit où se trouve actuellement Puerto Madryn était à l’origine habité par les Tehuelches. Vers 1860, 28 gallois ont débarqué à la pointe nord et ont apparemment cohabité en bonne entente avec les autochtones. De ces 28 gallois est née toute une communauté qui s’est étendue sur plusieurs km et dont on trouve aujourd’hui les descendants dans des villes comme Rawson, Trelew, Gaiman où nous allons demain.

 

              

2 réflexions sur “ Puerto Madryn ”

  • 25 août 2018 à 10:31
    Permalink

    Un peu de bricolage, ça change 🙂
    Belle panoplie d’animaux les otaries ont l’air bien grasses réconfortant de constater qu’il existe encore des coins où les animaux sont admirés et respectés .
    Saviez vous qu’il existe des cormorans qui ne volent plus ? cela se passe aux Galapagos et uniquement là. au cours de l’évolution, sur une île sans prédateurs, ils ont perdu leur capacité de vol (le bréchet est atrophié) par contre ce sont d’excellents nageurs ! si ça n’est pas l’actualité de Valdès, ce le sera quand vous « flânerez » jusqu’aux aux Galápagos !!!
    Les biftecks Argentins méritent leur réputation ? Vous les consommez grillés ….avec frites ?
    Bonne suite, comment on dit Bonjour en Tehuelches ???

  • 24 août 2018 à 21:34
    Permalink

    Carpe diem….
    .. en met de wind vanachter.
    Trêve de balivernes, on vous embrasse.

Les commentaires sont fermés