De Skaftafell à Skóga

Si tu n’as pas connu la pluie, les bourrasques et le plafond nuageux au ras du crâne, tu n’as pas « fait » l’Islande disait mon tourdumondiste préféré. Voilà qui est fait. On a eu du crachin toute la journée et du vent à ne pas pouvoir tenir debout.

Une fois qu’on a assimilé le principe, on s’adapte et on fait avec.

D’autant que les paysages en sont transformés.

Nous roulons pendant plusieurs km dans une caste étendue de sable et roches volcaniques.

Des montagnes apparaissent entre les nuages, les roches se couvrent de mousse et de rares plantes.

A Fjadrargljufur un viking a tranché à la hache ce canyon impressionnant

Un petit détour pour aller voir la fameuse « Yoda Cave » pour les amateurs de Star Wars. La pluie dégouline de partout à l’intérieur alors que s’y prépare une cérémonie de mariage. Mariage pluvieux, mariage heureux …

La pluie s’est renforcée et les essuie-glaces fonctionnent à plein régime quand tout à coup celui de gauche se retrouve sur le capot. Il a lâché l’affaire ! On le récupère in extremis et on le remet à sa place.Courage !

A Vik, on se balade sur la plage de sable noir

Ensuite on descend sur la plage de Reynisfjara, ultra ventée. Le rocher s’ouvre sur une grotte ornée de colonnes basaltiques. Endroit très touristique.

On n’est pas au bout de nos peines, il y a l’autre côté de la plage à visiter, Dyrholaey et sa belle arche.

La journée n’est pas finie, il y a encore cette épave d’avion échouée sur la plage. On s’arrête au parking et on commence à marcher sur la piste tracée dans le sable. Toujours ce vent mais pas de pluie. On avance la tête dans les épaules et le bonnet jusqu’aux yeux. Au bout de 30’ de marche je dis à Quentin : dis donc, elle semble drôlement longue cette plage…Quand on arrive à relever la tête pour vérifier où on en est, on ne voit que l’horizon.

Il aura fallu 45 minutes de lutte pour arriver à cette pauvre carcasse de DC 10 forcé à atterrir en 1953 et aujourd’hui martyrisé par les touristes qui s’amusent à grimper dessus et à le cannibaliser.

Après quelques photos, il faut refaire le chemin en sens inverse. Maintenant il pleut vraiment, le vent chasse la pluie sur notre flanc droit et nous encaissons même des minis grêlons.

On arrive trempés à l’auto – uniquement le côté droit donc – mais ce soir le chauffage va nous sécher tout ça en quelques heures.

Et pour finir cette journée épique, on s’installe au camping de Skóga au pied de la Skógafoss.

3 réflexions sur “ De Skaftafell à Skóga ”

  • 12 mai 2024 à 13:26
    Permalink

    Quand vous voulez aller à Fjadrargljufur comment vous demandez votre route ????
    Quant a l’arche, celles du pays de Caux sont lavées avec une meilleure lessive, mais une ressemble à Etretat avec son aiguille

    Réponse
  • 12 mai 2024 à 08:41
    Permalink

    Magnifique de voyager avec vous !
    Le vent souffle…et le photos sont soufflantes !
    Et on a même vu des arbres…je croyais qu’il n’y en avait pas en Islande.
    Merci pour ce partage quotidien, j’attends l’épisode de lundi avec impatience.
    Olivier

    Réponse
  • 11 mai 2024 à 23:00
    Permalink

    Quelle journée, quels ressentis variés , une mise à l’épreuve physique et mentale, mais les photos regorgent de splendeurs grandioses à couper le souffle…..alors, c’est quand même exaltant et inoubliable.

    Réponse

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.