Notre Projet !

Courant 2018, si tout va bien nous arriverons par roulier ou « Ro-Ro » sur Buernos Aires au bord de l’Atlantique sud.
De là nous emprunterons la « Panaméricaine » (25.750,- km) en direction de la Terre de Feu en passant par des lieux dont le nom fait rêver, Bahia Blanca, Puerto Madryn, Trelew, Rio Gallegos … 
image
Nous descendrons le continent sud américain à travers quelques uns des paysages les plus sauvages de tout son tracé à destination de la Tierra del Fuego.
On y arrivera par la Route National 3   (« ruta 3 »), dernier tronçon de la « Panaméricaine ».
A Ushuaia, la première partie de notre voyage se terminera.
La suite ne se fera plus cap au sud mais cap au nord.
Nous quitterons l’extrème sud du continent Américain par la « ruta 40 » en direction de la « Panaméricaine ». 

En mettant le cap au Nord-Nord-Ouest à travers la pampa argentine nous nous dirigerons vers la cordillère des Andes.
Avec quelques détours par l’Altiplano, le Parc National de Lauca et la Laguna de Cotacotani à 4.520 m d’altitude et même Valparaiso sur la côte Pacifique.
Retour en altitude, la « Panaméricaine » fait un crochet vers la ville d’Arequipa dans le sud du Pérou, à 5.822 mètres d’altitude dominée par le volcan Misti.
Ensuite, non loin de Lima, nous traverserons les immenses pentes désertiques des derniers contreforts de la cordillère des Andes.
La suite du voyage nous mènera en Equateur, à Quito qui culmine à 2.850 mètres.
Quito est un ensemble urbain de 2 millions d’habitants qui bétonne les flancs du volcan Guagua Pichincha.
En Colombie, après avoir passé la ville de Cali, la « Panaméricaine » s’élève à nouveau à plus de 1.500 mètres d’altitude à travers la région montagneuse et sauvage du Cauca.panamericaine carte


Ensuite, ce sera Medellin, la deuxième ville de Colombie en nombre d’habitants. Suivi de Carthagène, où la fourgonnette embarquera à bord d’un ferry ou d’un cargo à destination de Panama City.
Le temps du trajet de la fourgonnette nous visiterons la ville de Carthagène pour arriver à Panama City en avion.
Ce transfert est incontournable car aucune route ne traverse la région du Darien Gap.
Cette frontière naturelle entre le Panama et la Colombie est faite de montagnes et de jungles, de plus elle est encore aux mains des Farques.
La ville de Panama est la première grande ville d’Amérique centrale traversée par la route.
La Panaméricaine continue sa route sur quelques centaines de kilomètres à travers le Costa Rica, pays réputé pour ses plages de rêve et pour la beauté et la diversité de ses réserves biologiques et végétales.
En Amérique centrale, là où le continent américain se rétrécit, la terre est constellée de volcans et de paysages incontournables.
On passera aussi par l’île Ometepe (située au centre du lac Nicaragua), d’où on devrait pouvoir approcher de près les cônes volcaniques, très actifs dans cette région.
La ville d’Antigua, classée au Patrimoine Mondial de l’Unesco, est une étape obligée sur la portion guatémaltèque de la « Panaméricaine ».
On fera une pause dans l’ancienne capitale du Guatemala aux couleurs du colonialisme espagnol et figée en 1773 par une série de tremblements de terre.
La « Panaméricaine » poursuit sa route sur le plateau central du Mexique.
Vers Puebla, la route nous conduira sur Oaxaca et le site archéologique de Monte Alban.
Arrivés à Mexico on retrouvera la civilisation urbaine avec ses bouchons, la ville compte environ 4 millions d’automobiles.

Monterrey, deuxième ville du pays en nombre d’habitants et seconde étape urbaine du Mexique.
Cap au nord, la frontière américaine approche et avec elle la fin du tracé officiel de la « Panaméricaine ».
Après avoir quitté le territoire latino, on arrivera sur San Antonio et Fort Alamo.
A la frontière entre l’Utha et le Colorado, une visite du Arches National Park s’imposera suivi des grands parcs américains, le Grand Canyon, le Bryce, Kodachrome, Antelope, Zion, et tous les autres, ce sera aussi un moment de retrouvailles avec les amis.
C’est par l’Etat du Montana que se terminera notre périple à travers les Etats-Unis, sachant qu’aux USA, il n’existe pas de tracé officiel de la « Panaméricaine ».
Notre route filera vers le nord, on traversera le Canada dans toute sa longueur en passant par l’Alberta et les Rocheuses (en Colombie-Britannique) pour nous amener tout au nord de l’Alaska, à Prudhoe Bay.
Entre Dawson Creek (Colombie Britannique) et Fairbanks (Alaska) la « Panaméricaine » s’appelle la « Grande Route d’Alaska » de même
IMG_2459 qu’entre Panama Ciudad et Laredo (Texas) elle s’appelle l’ « Interaméricaine« .
Il ne nous restera plus qu’à traverser le Canada d’ouest en est durant l’été indien de 2019 pour retrouver un cargo qui nous ramènera sur le vieux continent.

D’ici là, il y a encore beaucoup de boulot …