De Santa Rosalia à Guerrero Negro


Avec ses allures de ville du Far West, Santa Rosalia est plutôt sympa. Son économie est repartie en 2013 quand ils ont rouvert la mine de cuivre et cobalt. Ce sont des français qui sont à l’origine de sa première exploitation au 19ème siècle. C’est ainsi qu’on peut y voir la jolie église Santa Barbara, une oeuvre de Gustave Eiffel réalisée pour l’expo universelle de Paris en 1889, ensuite démontée et stockée à Bruxelles avant d’être réinstallée ici en 1897.

San Ignacio. Une oasis dans le désert El Vizcaino.

Guerrero Negro

Pour rejoindre le phare délabré – comme tout le reste de la ville – nous traversons les marais salants. La ville est surtout fréquentée pour observer la migration des baleines grises mais nous arrivons un peu trop tard.

Une réflexion sur “ De Santa Rosalia à Guerrero Negro ”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.