Franchir le Darien Gap – Côté Amérique du Sud

Le Darien Gap se situe à la frontière entre la Colombie et le Panama, une jungle infranchissable aux mains des narco-trafiquants, des guerilleros et de divers animaux et plantes peu recommandables. Voila pourquoi nous sommes obligés de la contourner en expédiant la deuche par container au port de Colon, Panama, tandis que nous prendrons l’avion pour Panama City.

Il y a 2 mois, j’ai commencé à chercher un agent en douane qui pourrait nous aider dans les démarches un peu compliquées pour organiser ce transport. Parallèlement, je m’inscris sur un site qui met en relation les candidats au shipping. En effet, en prenant un container 40´, on peut s’y mettre à plusieurs et ainsi réduire les frais pour chacun. Ça ne marche pas tout de suite et donc je lance des demandes sur plusieurs forums de voyageurs. 

Plutôt que de prendre LE transitaire qui truste un peu le secteur, j’opte pour une petite agence tenue par Ana qui  est super-réactive à nos messages. En plus, elle cherche également de son côté des « container buddies ». 

Il faut qu’on lui indique la date à laquelle on souhaite partir. Pas facile à déterminer. On tranche pour une date autour du 25 février.

Fin janvier, je trouve un motard français, Arnaud qui est intéressé pour sa Transalp. Et le 7 février, c’est Ana qui trouvera Jeronimo, un argentin qui expédie son pick-up.

Tout le monde se met d’accord pour prendre le cargo du 2 mars. Cette fois nous ne pourrons pas accompagner Ptiket et nous achetons notre billet d’avion pour le 3 mars. 1h de vol jusqu’à Panama City.

Le 25 février, le port nous informe que dû à un embouteillage au port de Houston, le cargo n’arrivera à Carthagène que le 5 mars. Ce qui signifie que le container restera 4 jours de plus sur le quai, d’où un petit surcoût (28 dollars)… et que nous serons partis avant lui…

Le 26 février nous avons rendez-vous avec Ana pour signer tous les papiers. L’après-midi sera consacrée au nettoyage de la voiture et de la remorque.

Le 27 février, après nous avoir fourni casques, gilets jaunes et chaussures de sécurité, nous partons en convoi au port.

Alors que les véhicules entrent dans l’enceinte, moi je pars à pied avec Ana pour récupérer un badge en échange de mon passeport. 2 contrôles de sécurité plus tard, j’aperçois la deuche qui se fait peser.  Ana passe de bureau en bureau, déposer un papier, en faire tamponner un autre, dire bonjour aux amis. On doit prendre une navette pour aller dans un dépôt, 200m plus loin, interdiction de circuler à pied. On continue à suivre le cheminement tracé au sol et on arrive au container qui attend, grand ouvert.

Les 3 véhicules arrivent et se garent à côté.

Un policier, après avoir pris une dizaine de photos et selfies, nous dit de tout vider. On commence à tout sortir de la remorque et à poser par terre, puis tout ce qui est dans la coursive de l’auto mais on s’arrête là. Le policier rentre dans l’auto, ouvre les coffres, contrôle les zones creuses, regarde partout mais ça n’a rien de très systématique. C’est bon on peut tout remettre en place. Ah bon ? Et les narcotiques alors ? On ne se fait pas prier et on remballe.

C’est au tour des dockers d’organiser le remplissage. Ce sera d’abord le pick-up puis la deuche, puis la remorque et enfin la moto. En attendant, une des employées va s’asseoir dans l’auto pour se faire prendre en photo.

Quentin commence ses manoeuvres de séduction auprès d’un des dockers car il n’est pas question qu’ils sanglent la voiture n’importe comment . Quand arrive notre tour, ils acceptent de passer les sangles à l’extrémité des bras de suspension, très près des moyeux plutôt que sur les pontets de traction du châssis mais il faut vraiment négocier ferme pour qu’ils ne tendent pas au maximum les sangles. Au final personne n’est complètement satisfait mais on aura limité les risques. On bascule la remorque sur sa ridelle arrière, ce qui laisse tout juste la place pour la moto.

Avant de fermer, on débranche les batteries.

Le policier vient jeter un oeil, donne son feu vert et les portes sont fermées, 3 scellés plastique sont posés et un scellé autocollant avec un QR code. J’ai de la peine pour Ptiket qui va devoir rester dans cette étuve pendant 10 jours.

4h plus tard, nous voilà tous redevenus piétons et on se donne rendez-vous à Panama pour entreprendre les démarches de récupération des véhicules.

Une réflexion sur “ Franchir le Darien Gap – Côté Amérique du Sud ”

  • 2 mars 2019 à 23:15
    Permalink

    Y avait qu’a……vous avez drôlement bien fait face et solutionné les problèmes c’était loin d’être évident !
    Il fait toujours aussi chaud
    Bon vol demain
    Bisous

    Réponse

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.