Comuna 13

Nous revoilà à Medellin mais cette fois dans un hôtel près d’une station de métro, pratique pour visiter la ville.

Nous avons rendez-vous dans le quartier San Javier, avec une jeune bénévole de l’association Storytellers qui va nous faire visiter la Comuna 13 qui était considérée jusqu,en 2010 comme le 2eme endroit le plus dangereux au monde et le plus dangereux de Colombie.

Yulieth, 20 ans, a toujours, vécu dans ce quartier et se souvient qu’elle se cachait sous son lit pour échapper aux balles perdues. Dans les années 70, des habitants de Medellin ont commencé à urbaniser ces 3 collines en construisant eux-mêmes leurs maisons, créant des quartiers hétéroclites et chaotiques. Les narco-trafiquants s’y sont installés dans les années 80 et ont forcé les habitants à travailler pour eux. La vie n’avait plus aucune valeur et chaque matin, on ramassait des morts.

En 1998 ont commencé des opérations pour éradiquer cette économie parallèle et meurtrière. En 2002, à l’issue de la 21eme opération et de 3 jours de guerre civile, une paix précaire s’est installée qui n’a duré que 4 ans. Tout recommence en 2006. En 2010, un changement de Président et des actions sociales efficaces viennent à bout de cet enfer. Des escalators sont installés pour faciliter le travail et les déplacements des habitants, des écoles et des classes de danse sont ouvertes, les graffitis couvrent les murs en béton, les jeunes prennent leur avenir en main et aujourd’hui ils suivent des cours d’anglais pour accueiller les touristes de plus en plus nombreux.

Yulieth, comme les autres bénévoles de l’association ne compte que sur les pourboires qu’elle reçoit au bout des 3 heures de visites et est très fière, à juste titre, de ce qu’ils ont réalisé ici.

2 réflexions sur “ Comuna 13 ”

  • 19 février 2019 à 16:19
    Permalink

    Waouw, les superlatifs sont de mises , bravo pour l’idée de cette visite, réconfortant de constater qu’on arrive à maitriser le pire, au point de faire d’un enfer un coin de tourisme !
    J’ai toujours été fascinée par le « street art », ici il atteint des sommets, ces artistes ont une remarquable maîtrise de l’outil.

  • 19 février 2019 à 00:34
    Permalink

    Il faudra juste dire au gars avec le chapeau sur la photo qu’il a le droit de sourire 😉
    Trop beau ce pays, ça fait envie !!!
    Bises à vous.

Les commentaires sont fermés