Otavalo

Nous quittons la moiteur de Mindo pour les lagunes et les volcans plus au Nord, à Otavalo. Nous nous installons dans un petit camping sur les hauteurs de la ville, suffisamment près pour y descendre à pieds et suffisamment loin pour ne pas trop entendre les bruits d’en bas.

Samedi, c’est le jour du grand marché qui envahit toutes les rues. Il est énorme et je dois me retenir pour ne pas acheter des tissus, sacs, châles ou pulls tous plus beaux les uns que les autres. Le supplice de Tantale ! Par contre pour les fruits et légumes, on y va gaiement !!

Des petits escargots avec un peu de citron vert
Des choclos (maïs) de toutes sortes

Au abords de la place Simon Bolivar, un attroupement nous attire vers l’église. Chouette, un mariage. Si la mariée n’est pas particulièrement « originale », son nouveau mari, la famille et les convives sont eux joliment habillés en costumes traditionnels. Un petit groupe de musique accueille les jeunes mariés à la sortie de l’église et tout le monde se met danser à petits pas autour des musiciens en une ronde qui part dans un sens puis dans l’autre.

A midi, nous nous attablons à une des nombreuses cantinas sur le marché pour manger une soupe épicée et une cuisse de poulet… Equateur, pays du café, oui, mais tout à l’export. Quand on trouve du bon café, c’est dans des petites boutiques spécialisées et donc le kilo est à 15€ minimum…Que pena !

Le ramboutan ou achotillo, voisin du litchi

2 réflexions sur “ Otavalo ”

  • 21 janvier 2019 à 10:13
    Permalink

    Super vos reportages que l’on regarde à chaque oubli et ça nous conforte dans l’idee d’y aller et on a revu avec plaisir les différents lieux que nous avions visités au Chili et en Argentine
    Bonne continuation
    Les parents de Loic
    Joelle et J’en Pierre Cheynet

  • 20 janvier 2019 à 23:07
    Permalink

    Pas de fruit de la passion ?
    Partage totalement ton engouement pour les tissus dur d’y résister
    Chouette mariage on vous a pas invité à la réception ?

Les commentaires sont fermés