Nasca

Après une petite remontée à 4200m, nous attaquons la descente vers l’océan.

Le paysage devient de plus en plus désertique, le vent de plus en plus chaud, l’altitude de plus en plus basse, la route de plus en plus sinueuse. 

Le cerro blanco

Nous entrons dans le four de Nasca où nous ne restons que le temps de manger/boire un caldo de gallina (sorte de poule au pot). 

Nous revoilà sur la Panaméricaine Sud. Elle traverse la zone où l’on peut voir les fameuses lignes Nasca, ces glyphes énigmatiques tracés par des extra-terrestres (enfin c’est ce qu’on dit 😉). Le seul moyen de bien les observer serait de prendre un des petits avions qui ont déjà quelques crashes à leur actif (ceux qui se sont crashés ne volent plus bien sûr). 

On se contentera donc de monter en haut d’un mirador.

Depuis que nous sommes à 600m d’altitude, le carbu fait des siennes. Quentin a re-changé les gicleurs mais quand on s’arrête on ne sait jamais si le moteur va repartir. Donc on ne s’arrête plus ….jusqu’à l’oasis de Huacachina, entouré de dunes de 110m de haut. 

Super endroit pour bricoler et/ou rester bloqué.

Le problème vient de la vis de richesse du gicleur de ralenti. En effet, l’aluminium au niveau du pointeau de la vis est tout rongé, ce qui rend le réglage impossible. Quentin transforme une des 2 vis de réglage en taraud et progressivement il prolonge le filet aluminium du carbu et  retaille plus court le pointeau. Ce qui maintenant permet un réglage, même s’il reste imprécis. 

Ca durera ce que ça durera. En parallèle, on cherche un carbu…

4 réflexions sur “ Nasca ”

  • 19 décembre 2018 à 15:18
    Permalink

    Essayez d’apercevoir la petite sirène, cela portera bonheur à votre incroyable réparation imprévue.
    On guette en espérant que vous irez à Chauchilla, on aurait dû vous le signaler avant Nazca, mais vous nous avez pris de court.
    Superbes photos des dunes au soleil……couchant ?
    Bravo une fois de plus
    bisous

  • 19 décembre 2018 à 09:19
    Permalink

    Oui, c’est magnifique, surtout comparativement à l’environnement désertique, mais ne vous laissez pas surprendre par un tempête de sable, car l’oasis risque disparaître sous les dunes !!! Vous n’aviez pas amené un drone pour les vues aériennes ? Non, bien sur, pas de place.
    Petite question technique: votre isolation avec le liège projeté fonctionne bien?? Si oui, je risque en utiliser car j’ai tjs un pb de ponts thermies.

    • 19 décembre 2018 à 13:14
      Permalink

      Pour l’instant aucun problème de condensation. Si on ferme tout (hublot) il peut y avoir de l’humidité sur le plexi (fenêtres) mais rien sur les parois intérieures. Je te conseille de prévoir 3 à 4 mm plutôt que les 2 que j’ai mis. Bises à tout le Mognard !

  • 19 décembre 2018 à 07:34
    Permalink

    Il est trop fort ce Quentin te faire le coup de la panne de gicleur dans un oasis ça à l air vraiment superbe
    Bisous les amis
    Sandrine

Les commentaires sont fermés