Tiwanaku

Avant de quitter La Paz, nous faisons un aller-retour aux ruines de Tiwanaku ou Tiahuanaco.

Le site était la capitale d’un empire Aymara et un centre culturel.

Cette civilisation dont l’origine remonte à 200 avant JC et qui connut son apogée du VIIIe au XIIe siècle avait de grandes connaissances en astrologie, mathématiques mais aussi en matière d’irrigation et d’agronomie.  Certaines pierres des palais font plus de 120 tonnes imbriquées avec une extrême précision.  Une pyramide était érigée sur le site mais toutes les pierres ont fini par être utilisées pour la construction des maisons des habitants.

Des statues monolithes de 3m, la porte du soleil, la porte de la lune, gravés de symboles précolombiens. 

On retrouve ici les prémices de la civilisation inca qui suivra.

Nous avions retrouvé Tintin sur le pont Pavarillo près de San Antonio de Los Cobres. Dans ce même album (Tintin et le Temple du Soleil) Hergé s’est inspiré des sculptures découvertes à Tiwanaku pour dessiner les icônes et symboles soi-disant incas.

Il y aurait encore beaucoup de choses à dire sur ces ruines et j’en connais une qui va se précipiter sur internet pour en connaitre tous les détails. Cette visite était vraiment très intéressante et étonnante.

Une réflexion sur “ Tiwanaku ”

  • 4 décembre 2018 à 21:33
    Permalink

    Bien vu …. :
    Tiwanaku, capitale d’un dieu blanc barbu appelé Viracocha.
    Cette civilisation disparaît brutalement pour des raisons que l’on ignore. Certains parlent d’une baisse du niveau du lac Titicaca qui aurait laissé Tiwanaku loin de la rive, d’autres soutiennent la thèse d’un massacre de la population par une tribu ennemie… Le mystère qui entoure la plus grande réalisation architecturale mégalithique de l’Amérique du Sud Préinca reste entier. À son apogée, la cité s’étendait sur pratiquement une dizaine de kilomètres carrés et sa population a oscillé entre 20 000 et 60 000 habitants. Il s’agissait pourtant plus d’un gigantesque lieu de culte que d’une ville.

    Les trésors que renfermait ce centre cérémoniel ont été dispersés dans le monde entier, les plus belles pièces emportées pour enrichir les collections des musées européens, les céramiques détruites par les travaux des champs, les pierres des murs utilisées dans la construction d’édifices coloniaux voire pour le terre-plein de la ligne ferroviaire La Paz-Guaqui passant au sud du site.
    La grande majorité du site reste encore inexplorée et donnera peut-être de nouvelles clés d’interprétation.
    La pyramide d’Akapana, était le capteur qui attirait la foudre et l’eau des orages. rien à voir avec une pyramide égyptienne, ni même avec celles que l’on peut trouver au Mexique, il s’agit d’une pyramide à degré d’à peine 16 mètres de haut, encore partiellement recouverte de terre et dont de nombreuses parties sont encore en fouille. Cette potentielle réplique stylisée de la cordillère est traversée par un étonnant système de canalisation qui permettait de faire s’écouler l’eau de l’une à l’autre des sept terrasses, produisant ainsi un effet de fontaine rendant peut-être hommage à l’abondance des sources de l’Illimani, le sommet le plus imposant à l’est du site.
    la plus belle réalisation de Tiwanaku : la porte du Soleil elle est taillée dans un seul bloc de pierre, elle marque l’entrée de la plateforme rituelle Kalasasaya. Le 21 juin, date du solstice d’hiver dans l’hémisphère sud, les rayons du soleil passent pile-poil à travers cette porte, marquant le Nouvel An Aymara. Celui-ci est encore célébré par plus de 5000 visiteurs chaque année, une foule mêlant Aymaras en costume traditionnel et fans de New-Age.

    merci pour cette occasion je cherche encore ……
    Bisous

    Réponse

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.