Valparaiso

Nous avons laissé PtiKet dans un camping et c’est en bus collectif que nous rejoignons Valparaiso au bout d’une heure de route chaotique, bien entassés et debout.

Nous descendons à la Plaza Sotomayor dont le grand monument rend hommage aux martyrs de la marine chilienne. 

Valparaiso est constituée de 2 parties bien différentes. 

El Plan, la zone plate, près de la mer. La plus trépidante. On y trouve de vieux bâtiments, dont certains ont malheureusement brûlé il y a peu de temps, de nombreux étals surchargés de fruits et légumes. Les fraises se vendent à la pelle, pour 1,30€ le kg, on se goinfre d’avocats mûrs à point. Les rues sont bondées de voitures et de bus et il y a même un vieux trolley. C’est sale, ça sent mauvais, ça klaxonne, tout le charme d’une ville sud-américaine.

    

Les 42 cerros (collines). On y accède soit au moyen d’un des 15 vieux funiculaires (ascensores), d’escaliers vertigineux ou de rues monstrueusement pentues.

      

Les murs des maisons, les trottoirs, les lampadaires, tout ce qui peut servir de support est couvert de peintures murales poétiques, glamour ou politiques. L’ascensor Espiritu Santo nous mène au coeur du Musée à Ciel Ouvert créé en 1969. Ensuite il n’y a plus qu’à suivre ce labyrinthe de ruelles tortueuses pour découvrir les vieilles maisons branlantes ou superbement rénovées. Mais en restant vigilant, car en haut d’un cerro, un chauffeur de bus me fera signe de ne pas aller plus loin. On a suivi sa consigne…

              u        

En fin de journée, on arrive à retrouver le bus qui va nous ramener au camping et cette fois nous ferons le trajet assis…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.