Les palmiers de cire de Quindio

Kika nous a organisé une super randonnée dans la montagne pour aller voir les fameux palmiers de cire, emblème national de la Colombie, les plus grands palmiers du monde

C’est dans une Jeep Willys, le véhicule adopté par les exploitants de cafés, que Kevin, notre guide nous amène au pied de la montagne.

Au bout d’une bonne heure de grimpette, nous atteignons une zone qui résonne des cris de grands perroquets qui nichent dans les troncs morts des palmiers. La hauteur de ces arbres est impressionnante et certains comptent une bonne centaine d’années.

Kevin, son frère et Mehdi, le fils de Kika et Anouar

Nous redescendons jusqu’à cette jolie maison où la señora nous prépare un déjeuner roboratif avant de retourner à Pijao et passer une dernière soirée avec nos amis à manger des brochettes délicieuses sur la place principale du village.

Pepito

La zone Cafetera

Après Silvia, nous traversons une zone de plantations de canne à sucre. De très grandes surfaces bien gardées et sur la route, des « trains » de remorques remplies de cannes.

Nous faisons un bivouac au lac Calima, très venté, le paradis des kite-surfeurs.

Le petit village de Darien où Ptiket rencontre une des nombreuses 4L du pays.

Le lendemain, nous retrouvons une végétation plus tropicale, luxuriante et humide. 

Armenia

Depuis Armenia, nous tentons de prendre une petite route qui devrait nous mener directement à Salento. Mais cette route se transforme rapidement en piste. Malgré la pluie qui commence à tomber, ça roule plutôt bien….jusqu’à ce qu’il n’y ait plus de piste. Et là, ça va rouler beaucoup moins bien.

Elle a bien essayé de nous avertir mais on a rien compris à son charabia

Je décroche la remorque et Quentin fait demi-tour. Nous revenons sur nos pas et tentons l’autre piste.

Dans une forte descente, un camion arrive et ne prétend pas bouger. Bon, je sors, décroche la remorque, Quentin fait marche arrière et puis on pousse la remorque jusqu’en haut. Le chauffeur du camion nous dit que plus loin ça ne passe pas, trop de boue.

On n’a plus qu’à rebrousser chemin. Entretemps, nos amis Kika et Anouar nous proposent de venir chez eux à Pijao et de faire une super balade le lendemain. 

Nous pénétrons de plein pied dans la zone cafetera et arrivons le soir dans ce joli petit village aux maisons colorées et aux habitants super sympas. Le café commence, enfin, à être vraiment délicieux.