Pasto et la Laguna Cocha

La route entre Ipiales et Pasto est très montagneuse, très fréquentée par camions et bus et à ça s’ajoutent des travaux énormes pour l’élargir, ce qui ralentit considérablement le trafic. 

Il est déjà 16h quand on arrive à Pasto dont la visite sera rapide car il y a peu de beaux bâtiments mais c’est une ville très animée et si le reste du pays est à son image, notre régime alimentaire va virer au sucré.

Nous partons vers l’est pour rejoindre la laguna de Cocha. La route est plus longue que prévu et le soleil se couche quand nous attaquons la dernière partie en terre.

Nous nous posons sur le parking au Waira refugio, avec vue sur le lac. Le refuge est magnifique avec son jardin fleuri et son petit ponton qui s’enfonce dans les roseaux. Mais de l’auto, c’est pas mal aussi.

Le lendemain, Manuel nous emmène dans sa petite barque et nous fait faire le tour de l’île Corota, le plus petit parc national de Colombie. Elle est entourée de roseaux tortora (comme ceux du lac Titicaca) qui la protègent de l’érosion. Nous verrons des foulques andines, des cormorans, des aigrettes et des canards à bec bleu.  Trop sympa Manuel !

Equateur – Colombie

Les derniers km en Equateur se font dans le brouillard et on n’en a pas fini avec les montées et descentes. 

Le 31 janvier à midi, nous sommes à la frontière. C’est le bazar, des voitures, camions, bus, taxis partout. Des vendeurs d’assurance et de monnaie colombienne. 

On se gare sur le pont entre les 2 douanes et on retourne à pied côté Equateur. Il y a une longue file de migrants, une soixantaine de personnes à l’extérieur, femmes, enfants, nourrissons. C’est la même file pour ceux qui sortent que pour ceux qui entrent. 99% entrent bien sûr . Tous doivent passer aux postes de vaccinations gratuites. Quand on peut accéder au bâtiment de l’immigration, il y a encore une quarantaine de personnes avant nous mais avec 10 guichets ouverts, ça avance. Au bout d’une heure, on ressort, passeport tamponné. Ensuite c’est la douane pour faire la sortie du véhicule et là il n’y a personne. 

On reprend la voiture et on avance jusqu’au poste colombien. A l’immigration, seulement 60 personnes attendent devant nous mais 1 seul guichet. Au bout d’une heure on peut faire les photocopies des papiers et on va à la douane pour importer la voiture. La dame vérifie le nr de chassis, l’occasion pour les autres douaniers de jeter un oeil dans le moteur de cette voiture qui n’a pas de freins. On a dû leur expliquer qu’ils sont sur la boite de vitesse et pas sur les roues.

A Ipiales, la première ville de Colombie, nous achetons l’assurance dans un supermarché où il y a aussi un distributeur de billets et je peux retirer 600.000 pesos (170€). La puce de téléphone, je l’achète dans une épicerie et nous voilà parés pour sillonner le dernier pays d’Amérique du Sud.

Notre premier bivouac sera au pied du téléphérique qui descend jusqu’au sanctuaire de Las Lajas.

Le lendemain nous faisons le trajet de 20´ en téléphérique avec un arrêt de 15´ dans le vide « pour simple vérification, ne vous inquiétez pas… ». La vierge nous a préservé d’une éventuelle chute et nous arrivons au sanctuaire. Les flancs de la gorge tout autour sont couverts de plaques que les fidèles ont scellées pour la remercier ou pour témoigner de leur foi. On aime ou on aime pas, nous on a bien aimé la cascade et la rivière au fond de la gorge…