El Chalten – le Cerro Fitz Roy

Contrairement à ce que nous avaient pronostiqué les gardes du Parc, ce matin, pas un seul nuage. Nous nous réveillons tôt (oui, 7h30, c’est tôt) parce que nous savions que nous aurions au moins un créneau le matin pour profiter de la randonnée vers le mirador. Tout est gelé, la montagne se découpe sur le ciel encore endormi.

Je dois ici ouvrir une parenthèse importante. J’ai épuisé mon dictionnaire des synonymes, je n’ai plus de mots pour qualifier les beautés naturelles que nous croisons. Alors soit je redonde et c’est lassant, soit je vous laisse poser les adjectifs aux endroits appropriés, ce qui me simplifie la narration. J’opte donc de commun accord pour la seconde solution.

A 8h on démarre la montée. 

Le sentier grimpe d’emblée très raide. Le sol et donc la boue sont gelés.

Premier arrêt au mirador de Las Vueltas.  

Les coups de bec des Piverts Géants à tête rouge résonnent dans le silence du matin. 

Nous maintenons notre cadence tout en scrutant le ciel. Nous ne sommes pas à l’abri d’un petit nuage vicieux qui viendrait cacher le sommet de la montagne.  

  

A la sortie de la forêt, le voilà, droit devant, lumineux. On se pose pour absorber cette vue incroyable. Le soleil nous réchauffe.

  

Le sentier continue vers le Lago Capri, complètement gelé, le Fitz Roy peut s’y refléter. C’est le moment de sortir le pique-nique et le réchaud pour se faire une tasse de thé et profiter. 

  

Au loin, on entend un grondement d’avalanche. 

Un condor passe.

Puis c’est la redescente, le sol s’est réchauffé et la gadoue réapparaît sur le chemin. On descend lentement, pas envie de quitter cet endroit magique.

     El Chaltén

El Chalten

Nous sommes partis d’El Calafate après avoir consciencieusement graissé les pivots de la deuche.

Au bout de 80km à lutter contre le vent, Pti Ket se remet à crachoter. Nous nous arrêtons près d’une maison de chantier et Quentin commence à démonter le carbu, jusqu’à la pompe à essence. On commence à avoir l’habitude. Il retire le joint papier et ne laisse que l’entretoise pour profiter de toute l’amplitude de la tige de commande. Donc plus de pression pour décoller les crasses qui arrivent au robinet pointeau et qui le bloquent. 1h plus tard, les pieds et doigts gelés on repart avec 3cm de boue sous les semelles. On s’arrête un peu plus loin pour tout gratter.

Arrivés aux environs de Tres Lagos, nous nous arrêtons dans une petite station service isolée où nous pouvons faire le plein et rester dormir. 

Le lendemain, nous repartons pour El Chaltén. Il bruine, puis il neige, puis il y a du soleil.  Les montagnes enneigées se profilent au loin. Nous longeons le Lago Argentino aux eaux turquoises.

Et nous entrons dans le Parc National des Glaciers. 

La ville d’El Chalten est coincée entre les montagnes, le Rio Las Vueltas et le Rio Fitz Roy. En Tehuelche, son nom signifie « montagne enfumée  ».

 

LA station d’essence d’El Chaltén

 

 

 

 

 

Pour nous mettre en jambe, nous faisons la petite randonnée qui mène au Salto Chorillo.

      

Le ciel se dégage de plus en plus et quand nous revenons en ville, en tournant la tête, nous pouvons admirer la chaine de montagne dont le Fitz Roy et le Cerro Torre, les plus majestueux.

De notre bivouac à l’entrée de la ville nous pouvons les regarder jusqu’à la nuit tombée. Demain, nous montons au mirador pour essayer de les voir de plus près.