Escale à Rio

Nous arrivons ce mardi 3 juillet à Rio. Il doit être 4 ou 5h du matin, on réalise en dormant que le moteur a changé de rythme. 

Au petit déjeuner le Capitaine nous dit qu’on a toute la journée pour visiter Rio, que 4 membres de l’équipage philippin nous accompagnent et que c’est tout de suite. On fonce dans les cabines prendre nos affaires, casque et gilet fluo. Dans la coursive, on croise Pawel qui nous dit qu’il faut qu’on soit rentrés pour 16h. Arrivés en bas, le planton affiche que nous n’avons une autorisation que jusqu’à 14h. Quand tout le monde (Glean, Toto, Cooky, Daryl, Carlos et Magy) est là un agent nous accompagne jusqu’à l’entrée du port. Ils ont des accords avec des chauffeurs privés et un minibus arrive pour nous faire visiter ce qu’il peut dans le temps imparti. 

On voit de loin la favela la plus dangereuse de Rio où selon le chauffeur il vaut mieux circuler en t-shirt pare-balles, il nous oblige à faire une photo devant le stade de Marakana, on s’arrête au sambadrome, on sillonne le plus vieux quartiers de Rio au travers de petites rues pavées, pentues et au mille tournants à angles droits, pour enfin arriver sur le site du Corcovado. Ticket, navette en bus, escaliers et nous y voilà.

On a de la chance, il n’y a pas foule mais il y a quand même un garde armé d’un mégaphone qui règle la circulation des gens qui veulent se faire prendre en photo en avant plan du christo… Belle vue sur la baie de Rio, le Pain de sucre, quelques îlots et beaucoup, beaucoup d’immeubles.

    

L’heure tourne on redescend. Encore un arrêt pour voir le Corcovado sous un autre angle mais aussi une jolie baie avec plein de voiliers.

Sur un muret il y a un petite bestiole genre lémurien, jamais vue, qu’ils appellent « mikasaki » (? Si quelqu’un reconnaît cet animal, contactez-nous). 

Les philippins ont faim, le guide nous amène dans un resto qui fait « buffet a kilo », donc à volonté. A la télé, la Suède mène 1-0 contre la Suisse. 

Il est déjà 13h, on part pour Copacabana.

Le chauffeur nous dit qu’on ne doit rentrer qu’à 15h…!!! Juste le temps de fouler le sable de la plage mythique et de s’enfiler 2 caïperinhas bien fraiches.

🎼 Tou tou tidou tou tou ditou tou 🎼🇧🇷

 

 

Le cargo n’est finalement parti qu’à 19h, tout en marche arrière, tiré par un remorqueur jusqu’au chenal.

Escale à Vitoria Vila Velha

1er juillet 2018, 15h, le pilote monte à bord. Il y a une  trentaine de cargos en attente. Au loin la côte est bétonnée d’immeubles.

On passe sous un grand pont routier.

Avec l’aide de 2 remorqueurs, le cargo se faufile entre les îlots, les hauts fonds et les petits “pains de sucre”. On rase les rives de la baie, d’un côté les rochers, marinas et plages privées, de l’autre une forêt de gratte-ciels derrière les favelas.

Au bout de 7km, presque au fond de la Bahia Vitoria, les remorqueurs nous font faire demi tour sur place et nous poussent contre le quai. Il est 16h30.

Il est prévu que l’on reparte à 4h du matin mais le larguage est repoussé à 11h. Il faut se faire à l’idée que le planning n’est jamais tenu. Ce décalage nous redonne espoir d’avoir le temps d’aller voir le Pain de Sucre de Rio (Pan de Azucar – Sugar Hill – Pao de Acucar). Allez, encore une autre langue à digérer !