Chiloé – El Muelle de Las Almas

Nous avons donc repris le bac pour la Grande Ile et bivouaqué vers Cucao, au bord d’une petite rivière qui se jette dans l’Océan Pacifique.

Là commence aussi notre cauchemar. La piste est comme d’hab’ sur-gravillonnée et les pentes atrocement raides. On en monte 2 de justesse et on en descend 2 autres vertigineuses. Arrivés au site, on profite de cette petite randonnée magnifique vers la pointe Pirulil, sans trop penser au retour. Mais le Tempilkawe devra attendre pour emporter nos âmes vers le ciel. On a encore trop à faire ….

          

2h plus tard, on prend les mesures qui s’imposent ; on vide les 20l d’essence de la remorque dans le réservoir, on met le bidon d’eau de 10l à mes pieds, on retire 500gr à chaque pneu avant pour qu’ils rebondissent moins, dans la camionnette, on recentre les charges vers l’avant, on vérifie le niveau d’huile, on fait chauffer le moteur et on se lance. Nous avons atteint le haut des 2 montées en question en louvoyant, comme des cyclistes à bout de force, en croisant les doigts pour que personne n’arrive en face. On est sauvés mais tous les crampons des pneus avant sont déchiquetés. Nous les changerons à l’occasion de la prochaine vidange, sans doute à Mendoza.

 

  

2 réflexions sur “ Chiloé – El Muelle de Las Almas ”

  • 16 octobre 2018 à 10:30
    Permalink

    J’espère que le « Tempilkawe  » valait les sueurs froides des montées et descentes infernales que vous avez affrontées , avez us idée des % de dénivelées ? Les pneus ont dégustés, la boîte de vitesse a souffert et je préfère ne pas penser aux freins …..
    N’oubliez pas que vous devez encore aller jusqu’en Alaska …….

  • 15 octobre 2018 à 19:48
    Permalink

    Salut
    Waouh quel périple, c’est du sport !
    Et c’est quand que vous vous reposez ?

Les commentaires sont fermés