Cabo Dos Bahias

Toujours à la recherche de manchots, nous quittons la Ruta 3 pour dormir à Camarones, tout petit port de pêche. Dès les premiers 20 km, le paysage a déjà plus de relief.

 

 

De Camarones, nous pouvons rejoindre par 30 km de piste,  Cabo Dos Bahias. Nos manchots ne sont toujours pas arrivés, le gardien ne nous fait rien payer et nous avons tout le parc pour nous tout seuls.

La côte est joliment découpée. Des dizaines de guanacos nous regardent fièrement, les peludos courent dans tous les sens, les nandous de Darwin s’enfuient en secouant leurs ailes et les lions de mer grognent sur les rochers parce que le soleil ne chauffe pas beaucoup aujourd’hui.

              

Nous passons la nuit suivante sur le parking de la station YPF, quelque part sur la Ruta 3, au milieu de rien. Pas un arbre pour nous protéger du vent. Même le réseau internet déprime …

La route vers Comodoro Rivadavia sera épique, vent de côté (Ouest). Même les camions que l’on croise ont les pneus arrières de leur remorque dans les gravillons du bas-côté et leur chargement penche sous la pression du vent. Leurs chauffeurs sont hilares en nous voyant et nous font des grands 👋 (?!). 180km en 4h.

  

Trelew – Gaiman

A Trelew, nous croisons Juan Cruz et ses 2 fils, un méhariste qui voulait absolument nous rencontrer. C’est sous la réplique du plus grand dinosaure du monde (!) que nous lui faisons faire la visite habituelle. Il a pris la peine de se renseigner et nous confirme que le camping de Gaiman est bien ouvert.

 

 

 

Après quelques courses à Trelew, nous arrivons à Gaiman. Cette petite ville essaie de conserver ses racines galloises mais à part quelques salons où le thé est hors de prix, la maison où Lady Di est venue dire bonjour, la vieille gare et une poignée de maisons en pierres ou en briques rouges, nous sommes quand même bien en Argentine.

    

Le camping Bomberos, comme son nom l’indique, est juste à côté de la caserne des pompiers. Il est bien ouvert mais le chef des pompiers me précise que les baños sont cassés et qu’ils n’ont pas réparé. Mais si on veut on peut rester et il ne nous fera rien payer. Les poubelles débordent mais il y a un robinet d’eau, des bbq et des tables en béton. On se pose, les pompiers viennent prendre des photos et vers 20h ils allument leur barbecue, amène la viande, la voiture avec la musique. A peine 2h plus tard, on les voit filer en intervention. Ils reviendront vers 2h du matin finir leur soirée….