De Paranaguá au Rio de la Plata

Le 8 juillet, nous quittons Paranaguá et nous longeons les côtes brésiliennes. 2 jours de mer nous attendent avant de remonter le rio Paraná. La mer est formée, si on avait des draps en soie, on glisserait de nos couchettes. Les mouvements du bateau nous donnent parfois l’impression de léviter à quelques mm au-dessus de nos matelas.

Le lendemain matin, nous nous rendons au Bridge (salle des commandes) où Veselin et Jessie scrutent l’horizon et les écrans de contrôle. Nous avons droit à une visite détaillée des instruments de navigation, matériel sensiblement identique à celui dont nous étions équipés pour notre première traversée de l’Atlantique.

  

Veselin admet que les fichiers météo ne sont pas toujours très précis. C’est bien ce que j’ai toujours dit….

Le vent souffle à 35 noeuds, du coup le BBQ de ce dimanche est un peu compromis mais le cochon pend déjà dans la cuisine, prêt à se faire rôtir. 

En attendant, le Capitaine nous invite dans sa cabine.  Il nous a préparé un petit apéro et veut absolument nous montrer comme il a progressé dans l’apprentissage du « bagpipe », instrument traditionnel bulgare fait artisanalement en peau de chèvre. Et là on comprend à quel point il est attaché à ses racines, sa culture et son pays. Sur son grand écran télé, il nous passe des vidéos de chansons typiques, sur fond de paysages bulgares. Voilà un pays dont on ne sait pratiquement rien et qui s’avère très beau, mêlant montagnes et plages au bord de la Mer Noire. 

A l’heure du repas, nous nous retrouvons à table avec les 6 officiers. Ils commencent à discuter en bulgare, Pawel me confirme par signes qu’il ne comprend rien non plus (vu qu’il est polonais). Alors, la conversation continue en « bulglais », que je traduis en « frangnol » à Carlos, qu’il traduit en « espatorien » à Magy qui, voulant participer, nous lance des mots en Queschua !!  Sans compter que les bulgares ont tendance à parler haut et dans ce brouhaha, c’est un peu difficile de capter le sens profond des conversations. On y arrive mais les neurones finissent en burn-out. 

Le Capitaine aura la gentillesse de nous dire que nous sommes les meilleurs passagers qu’il ait jamais eus à bord. Ah bon ? Ok.

Mardi 10 juillet 2018, nous sommes sur le Rio de la Plata. Les températures ont plongé, il faut ressortir les doudounes. Buenos Aires se réveille sous de gros nuages menaçants. De l’autre côté, Montevideo nous attend. 

 

 

 

Le pilote monte à bord et on entame la longue remontée du Rio Paraná vers Zarate. Mais quelle idée ils ont eue d’aller installer le port au bout de ce fleuve qui devient de plus en plus étroit, le cargo négocie des courbes à angle droit et doit baisser la hune pour passer tout juste sous un viaduc.  Enfin Zarate, terminus pour toutes les voitures… sauf les nôtres…

 

Pour ceux qui trépignent, j’ai mis un petit diaporama sur l’article « Le Passage de l’Equateur ».http://ptiket.eu/index.php/2018/07/01/grande-brasile-le-passage-de-lequateur/

Une réflexion sur “ De Paranaguá au Rio de la Plata ”

  • 12 juillet 2018 à 06:35
    Permalink

    Joli titre : meilleurs passagers ! Nous ne sommes pas étonnés … peut être allez vous gagner du rab de patates à la cantoche …en tout cas merci de cette épopée partagée, du goût des flots et des mots en toutes les langues … terre en vue, amusez-vous bien.

Les commentaires sont fermés